Piazza Fontana : Retour sur le ciné-débat du 16 mars

 

Ce vendredi 16 mars a signé le retour des ciné-débats du Poing.

C’est le film Piazza Fontana de Marco Tullio Giordana, présenté par Patrice Daniel, qui a eu les honneurs de cette projection.

L’événement s’est tenu dans une salle comble.
Les échanges ont été riche et nous avons pu nous interroger sur ce qui est appelé les années de plomb ainsi que sur la notion d’autonomie ouvrière italienne.
Cette autonomie s’est organisée dans les années post-68 et a permis la mise en place du « mai rampant », dans un contexte de forte opposition aux néo-fascistes et à l’État italien.

Lire la suite

Chronologie de l’état d’urgence en France

1955 : Création de l’état d’urgence afin d’éviter l’état de siège suite aux attentats du FLN (front de libération national algérien) en 1954. Il sera déclaré pour six mois en avril, prorogé de six mois en août et s’arrêtera le 15 décembre.

1956 : Suite au putsch d’Alger, perpétré par des partisans de l’Algérie française (dont certains membres de la future OAS), l’état d’urgence est à nouveau déclaré pour trois mois.

1960 : Ordonnance permettant au Conseil des Ministres et au Président de la République de déclarer l’état d’urgence, mesure auparavant votée au Parlement.

1961 : Suite à une seconde tentative de putsch par des militaires français à Alger en réaction au référendum sur l’auto-détermination de l’Algérie, Charles De Gaulle déclare l’état d’urgence qui sera prolongé jusqu’en 1963 par ordonnance. Il s’exerce sans contrôle parlementaire (en vertu de l’article 16 de la Constitution, donnant les « pleins pouvoirs » au Président) et rallonge la durée maximale de la garde à vue à 15 jours.

Lire la suite

La grenade, le flic et les manifestant.e.s

Depuis l’an 2000, au moins 120 personnes sont mortes des suites de violences policières. Ces victimes sont essentiellement issues des classes populaires. L’une d’elles, Rémy Fraisse en 2012, a été tuée lors d’une manifestation.
En effet, la doctrine du maintien de l’ordre s’est adaptée à un monde prétendument « pacifié » et l’équipement des policier.ère.s et gendarmes a évolué en conséquence. De fait, ce n’est plus l’armée qui est envoyée dans les manifestations mais les C.R.S. et les « mobiles », ce ne sont plus les dragons à cheval mais les canons à eau, ce ne sont plus les baïonnettes mais les tonfas. Le maintien de l’ordre ne se fait qu’avec des armes à « létalité réduite » Lire la suite