Sécurité : l’illusion

Nous notons de plus en plus de dispositifs de contrôle au sein des établissements scolaires et dans l’espace public en général. Parallèlement, les attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan ne causent plus, actuellement, le même capharnaüm dans l’esprit de la population qu’il y a deux ans. L’oubli a, de manière générale, fait son travail et chacun.e a repris son petit bout de chemin. Ce calme revenu profite à l’État, l’autorité souveraine ayant le pouvoir de la violence légitime. Revenons quelque peu en arrière, les attentats de janvier 2015 se déclenchent et peu à peu s’installe l’idée d’instaurer l’état d’urgence qui finalement advient en novembre. Quoi de plus facile que de s’engager dans cette brèche pour renforcer son pouvoir ? La majorité de la population est sous le choc, l’attentat est énorme par son nombre de victimes. Et deux ans plus tard, presque jour pour jour, l’état d’urgence s’arrête pour voir ses principales dispositions entrer dans le droit commun sous l’impulsion d’un pouvoir néolibéral. L’état d’urgence est mort, vive l’état d’urgence ! Mais en quoi cette « sécurité » profite à l’État ? Lire la suite

« Guardianes del Ibera »

La province de Corrientes est située au nord-est de l’Argentine. Depuis plusieurs années des investisseurs étrangers se sont installés dans cette région située à la marge du pays, une des provinces les plus pauvres de l’Argentine. En 2010, l’association écologiste libertaire avec laquelle je travaille, « Guardianes del Ibera » [Gardiens de l’Ibera], se crée à la suite des différents problèmes environnementaux et de cas d’accaparement de terres de plus en plus nombreux dans la région. Pour exemple, l’ex-présidente du MEDEF Amérique centrale fait de la monoculture de riz sur des centaines d’hectares. L’université d’Harvard, à travers son fond d’investissement HMC (Harvard Management Company), fait de la monoculture de pins sur des milliers d’hectares. Lire la suite

« On s’était donné rendez-vous dans 10 ans… »

Ouvrez vos esgourdes camarades, le Comité Invisible revient nous livrer son constat(1) 10 ans après L’insurrection qui vient(2), et on peut dire qu’elle tarde à venir.
Pas de grands soirs à l’horizon, ou l’ombre d’une infime flammèche qui pourrait embraser le vieux monde. Pourtant on y a cru, 2016 aurait pu être le millésime El Khomri ! Hélas bien plus que l’embrasement tant espéré, c’est avec un goût amer que le comité analyse la situation actuelle.

Lire la suite

Paresser pour mieux agir

Péché mortel selon la religion, la paresse souffre d’une connotation très négative. Aujourd’hui alors que nous vivons dans une société du chiffre, et où l’artisanat est remplacé par un travail dépossédé de toute émancipation, il est très mal vu de ne pas s’occuper, de laisser du temps au temps, d’être libre de toute pression professionnelle et sociétale. Lire la suite