Communiqué du 14 décembre 2017 : Violences sexuelles : STOP

Au fil des engagements de chacun dans les mouvements sociaux, les occupations de l’université, les blocages, la vie collective en squat,… nous avons été les témoins directs et indirects de violences sexuelles au sein même de milieux militants qui se disent anti-sexistes, mais qui refusent de voir et de régler les problèmes réels d’un sexisme exécrable. Lire la suite

Hé, Maurice ! T’en penses quoi ?

Maurice doit opiner. Après s’être acquitté de sa servitude quotidienne, il papote avec ses collègues autour d’une bière et doit confectionner, en le justifiant, un point de vue sur l’exécution des journalistes de Charlie Hebdo. L’événement est trop important pour qu’ il puisse ne pas avoir et émettre un avis. En tant que citoyen de la démocratie d’opinion, Maurice est assujetti à la production routinière d’avis qu’ il est sommé de répandre au grès de ses interactions sociales. Lire la suite

Pour une nouvelle politique du logement

Par un après-midi ensoleillé, quelques badaud-e-s modestement endimanché-e-s, dont je suis, se languissent dans les vertes herbes du parc du château de Versailles. Les conversations vont bon-train, et je scrute les passants dans l’espoir médisant de repérer la plus nombreuse des familles nombreuses. Pris d’une soudaine agitation au tournant d’une discussion, je lance négligemment cette grossièreté : «il faut raser le château de Versailles». Le surgissement intempestif de gris nuages, l’ébullition mousseuse de ma bière et les regards désapprobateurs de mes camarades m’avertissent immédiatement du dérapage ordurier commis. Une discussion s’engage sur mon ressentiment supposé auquel j’oppose alors la complicité inconsciente de mes camarades au maintien de l’ordre social. Lire la suite

« Des mots magiques, des mots tactiques qui sonnent faux » *

Le but des quelques lignes qui suivent n’est ni de railler l’« engagement » politique, ni de brocarder telles ou telles initiatives, et encore moins de minimiser les victoires collectives contre le patronat. Il s’agit de remettre en question quelques concepts ambigus qui entretiennent les logiques de dominations, de refuser les principes partisans obsolètes qui segmentent les luttes, bref de préparer le grand dépoussiérage de printemps. Lire la suite