Juste vigile

Sans pour autant accepter la présence intrusive des vigiles à l’UPJV, depuis fin 2015, et les pratiques policières qui en découlent (contrôle des cartes étudiantes et professionnelles à l’entrée des bâtiments et fouille des sacs) quelques discussions ponctuelles ont eu lieu avec certain.e.s de ces « agent.e.s de sécurité » lors de l’occupation de la fac pendant la loi El Khomri. Ce qui est vite oublié – et pour cause ! – c’est qu’être vigile, c’est aussi être soumis.e.s_aux dominations liées à la condition de salarié.e_: répétitions monotones des tâches, horaires variables imposées par les patron.ne.s et payes de misère. Avec l’hyper-contrôle de la société qui se met en place, ces emplois tendent à se développer et la nécessité de la défense de ces travailleur.euse.s nous questionne en tant qu’anarcho-syndicalistes.
Comment syndiquer des prolétaires qui participent activement à la surveillance d’autres prolétaires pour l’intérêt des classes dominantes capitalistes ? La solution pourrait-elle être les syndicalisations individuelles dans un syndicat inter-professionnel ?

Leclopee

« Et gare ! à la revanche, quand tous les pauvres s’y mettront »*

*1871, la Semaine Sanglante, écrit par Jean-Baptiste Clément

Comme le disait Bakounine (ce camarade vitamine !) : « Les ouvriers doivent s’organiser, la base de cette organisation est toute trouvée : les ateliers et les fédérations d’ateliers ; la création des caisses de résistance, instruments de lutte contre la bourgeoisie, et leur fédération non seulement nationale, mais aussi internationale ». Lire la suite

De la naissance de la C.N.T Emploi Formation Insertion Nord pas de Calais – Picardie… à la chronique d’une mort annoncée !

D’un statut de fonctionnaires au statut privé via le statut 2003…

Créée en 1967, l’ANPE était la réponse de Jacques Chirac au chômage de masse qui s’installait et devait exploser avec le premier choc pétrolier de 1973. Les agent-e-s de ce service public étaient alors des fonctionnaires d’État. Lire la suite