LE POING - Apériodique libertaire - Amiens

Le journal qui ne prend pas de gants

En grève jusqu’à la retraite !

Notre condition d’existence matérielle commune, celle de notre classe sociale, est d’être condamné.e.s au salariat.

Nous sommes obligé.e.s de vendre notre force de travail pour avoir un salaire à la fin du mois. Ainsi, les capitalistes ne possèdent pas seulement les moyens de productions, ils possèdent nos vies. Plus nous travaillons et plus ils s’enrichissent, notre précarité est la conséquence de leurs dividendes. Mais il reste une chose qui nous permet de supporter cette misère : la perspective du départ à la retraite.

La retraite est une petite goutte de solidarité dans l’océan de misère capitaliste. Elle permet de finir ses jours sans obligation de travailler, avec un revenu décent. Cette goutte n’est pas tombée du ciel, elle a été obtenue par la lutte. Aux lendemains de la seconde guerre mondiale, le système de retraite a été créé, bâti et défendu par des militantes et militants de la CGT. Malgré l’opposition acharnée des partis de gouvernement, gaullistes ou socialistes de la SFIO, ces syndicalistes seul.e.s contre tous.te.s ont réussi à conquérir ce petit bastion de liberté.

Continuer la lecture

Soirée débat du POING, vendredi 13 décembre, à 19h00

Continuer la lecture

La fable du colibri, bande dessinée du Poing n°21

Nous republions ici, en meilleure qualité, la bande dessinée publiée dans le Poing n°21.

LE POING, le journal qui ne prend pas de gants, numéro 21

Le numéro 21 du POING, apériodique libertaire d’Amiens et d’ailleurs, est disponible, ici en pdf, et en papier sur demande.

Continuer la lecture

A bas les casseurs ?

Au sein des mouvements sociaux, des camarades expriment souvent leur volonté d’un mouvement totalement pacifique pour ne pas être « décrédibilisé.e.s » parles médias. Ce genre de souhait est le produit de deux discours nuisibles sur les mouvements sociaux : le discours médiatique sur la violence, et son corollaire, le discours militant sur la non-violence.

Continuer la lecture

« Quand elle monte des usines, la colère à la voix des machines »

De mouvement social en blocage, les slogans fusent et se ressemblent parfois trop.

« Macron, démission ! » est rapidement devenu un des principaux slogans des manifestations du mouvement des gilets jaunes. Très médiatisé et chanté jusque dans les cours d’école, ce slogan politiquement assez faible mérite d’être questionné. « Macron démission ! », c’est un peu le « Hollande dégage » cher à l’extrême droite conspirationniste lors du dernier quinquennat, avec une rime et plus de succès. Il peut s’appliquer à n’importe quelle situation – preuve de sa pertinence – et se contente de réduire un problème d’ordre politique aux actes d’un seul homme. C’est au mieux naïf, et au pire dangereux. Que doit-on espérer du départ de Macron ? Qui devrait le remplacer ? Malgré ses promesses de jours meilleurs, « Macron, démission ! » ne sort pas des cadres politiques habituels et ne fait que détourner l’attention des véritables urgences sociales.

Continuer la lecture

Paritarisme : cimetière de nos espoirs [syndicaux]

C’est rigolo, la dernière fois que j’ai vu un autre syndicaliste que moi sur mon lieu de travail, c’était pour les élections professionnelles ; avant et depuis, que dalle… Soyons clair, le but n’est pas de dézinguer les syndicats. Avec toutes les attaques libérales qu’on se prend dans la gueule depuis quarante ans, s’ils n’avaient pas été là, on se serait retrouvé avec un code du travail « à la suisse », c’est à dire, à poil !

Mais sincèrement, est-ce qu’on s’est pas gouré de méthode ? Depuis la seconde guerre mondiale, les syndicats sont peu à peu devenus des partenaires sociaux siégeant dans des organismes paritaires mettant autour d’une table patronat et syndicats pour « négocier », et aspirant donc son lot « d’élus ».

Continuer la lecture

Petite analyse anarchiste du RIC

Depuis le mois de novembre et l’émergence du mouvement des gilets jaunes, un bon nombre de personnes demande la reconnaissance légale du référendum d’initiative citoyenne (RIC), voire une inscription de ce principe dans la constitution de notre trop chère « République ».

Continuer la lecture

Alternative en acte : «Le Peuplié»

Courant avril, j’ai fait une belle découverte sur Amiens, quasi fruit du hasard, juste par bouche à oreille : la coopérative alimentaire autogérée « le peuplié ».

Un samedi après-midi, j’arrive au 161 rue Dejean, derrière la gare SNCF. Le local se situe dans un ancien hangar industriel. À l’intérieur, le contraste est saisissant, l’austérité de l’extérieur laisse place à un espace fraîchement refait à neuf, aéré et lumineux.

Continuer la lecture

LE POING, le journal qui ne prend pas de gants, numéro 20 spécial 1er mai

Le numéro 20 spécial 1er Mai du POING, apériodique libertaire d’Amiens et d’ailleurs, est disponible, ici en pdf, et en papier sur demande.

« Anciennes publications