LE POING - Apériodique libertaire - Amiens

Le journal qui ne prend pas de gants

Catégorie : Des Publications (page 2 sur 7)

LE POING, le journal qui ne prend pas de gants, numéro 18

Le numéro 18 du POING, apériodique libertaire d’Amiens et d’ailleurs, est disponible ici en pdf et en papier sur demande.

Bonne lecture.

Les Éditions du monstre

Les Éditions du monstre sont un collectif d’artistes, illustrateurs et plasticiens en tout genre, regroupés depuis 2003 pour mutualiser atelier et matériel. De la micro-édition, des fanzines, des affiches ainsi que des résidences sont proposés pour donner aux artistes des moyens de production et de diffusion. Continuer la lecture

La production d’affiches à l’ex-école des Beaux-arts de Paris

La rencontre entre ouvriers et étudiants.

L’activité principale de l’ex-école des Beaux-arts de Paris était la production d’affiches sérigraphiées. Ce lieu est rapidement devenu un lieu de vie et de rencontre entre ouvriers et étudiants et fit de nombreux émules. Continuer la lecture

Des années de luttes à l’international

L’impératif de sortie du cadre parisien et étudiant pour l’analyse de mai 1968 peut être étendu jusqu’à adopter une perspective internationale. Plus encore, le cadre temporel de l’année 1968 peut être revu et l’analyse doit être enrichie de différents éléments théoriques pour dépasser une vision coïncidentielle ou spontanéiste des différentes mobilisations internationales. Continuer la lecture

La sérigraphie

Définitions et origines

La sérigraphie est « une technique d’impression manuelle ou automatique utilisant un écran de soie »1. Elle fut créée en Chine lors de la dynastie des Song (960-1 279) et se diffuse rapidement aux pays voisins. Au XIXème siècle, la sérigraphie se fait connaître aux États-Unis. Lors de la seconde guerre mondiale, les États-Unis utilisent la sérigraphie pour leur communication, ce qui va implanter cette technique en Europe. Continuer la lecture

LE POING, le journal qui ne prend pas de gants, numéro 17 spécial 1er mai

Le numéro 17 spécial 1er Mai du POING, apériodique libertaire d’Amiens et d’ailleurs, est disponible, ici en pdf, et en papier sur demande.

Dix millions de grévistes

Le mouvement social de mai-juin 1968 a été marqué par d’importantes grèves qui ont touché de très nombreux secteurs. Mais ces grèves n’ont pas simplement succédé au mouvement étudiant. Dès l’année 1967, plusieurs grèves ont déjà éclaté, comme à Mulhouse, Le Mans et Besançon. À Caen, en janvier 1968, trois usines ont débrayé : la Saviem, Jaeger et Sonormel, avec pour objectifs la hausse des salaires et l’augmentation des droits syndicaux. Les ouvriers, soutenus par les étudiants et une partie de la population ont ainsi affronté la police lors de ce qui fut « la plus grande manifestation jamais organisée depuis l’après guerre à Caen sur le plan revendicatif »1. Continuer la lecture

Chronologie : 1968

La révolte qui a mené les évènements de mai-juin 1968, naît de situations d’oppression globales qui ne sont bornées ni dans le temps ni par les frontières étatiques. Il est impossible d’en rendre compte globalement dans une chronologie. Nous avons choisi, ici, d’en présenter un large contexte historique.

LE POING, le journal qui ne prend pas de gants, numéro 16 – Spécial Mai 68

Le numéro 16 du POING, apériodique libertaire d’Amiens et d’ailleurs, accompagnant la semaine d’exposition à la faculté des Arts (30 rue des Teinturiers, 80080, Amiens) est disponible ici (pdf) et en papier sur demande.

Bonne lecture.

Chronologie de l’état d’urgence en France

1955 : Création de l’état d’urgence afin d’éviter l’état de siège suite aux attentats du FLN (front de libération national algérien) en 1954. Il sera déclaré pour six mois en avril, prorogé de six mois en août et s’arrêtera le 15 décembre.

1956 : Suite au putsch d’Alger, perpétré par des partisans de l’Algérie française (dont certains membres de la future OAS), l’état d’urgence est à nouveau déclaré pour trois mois.

1960 : Ordonnance permettant au Conseil des Ministres et au Président de la République de déclarer l’état d’urgence, mesure auparavant votée au Parlement.

1961 : Suite à une seconde tentative de putsch par des militaires français à Alger en réaction au référendum sur l’auto-détermination de l’Algérie, Charles De Gaulle déclare l’état d’urgence qui sera prolongé jusqu’en 1963 par ordonnance. Il s’exerce sans contrôle parlementaire (en vertu de l’article 16 de la Constitution, donnant les « pleins pouvoirs » au Président) et rallonge la durée maximale de la garde à vue à 15 jours.

Continuer la lecture

« Anciennes publications Nouvelles publications »